dernière mise à jour ¬ 11/07/17 | mardi 11 juillet 2017 | je m'abonne | sommaires

Vers une pénalisation du client au Royaume-Uni ?

juin 2010, par Fabienne Rigal

Le 3 novembre 2009, la chambre des Lords a voté la clause 14 du "Policing and Crime Bill", qui criminalise l’achat de rapports sexuels auprès d’une personne ayant été exploitée et décriminalise la personne prostituée.

67 organisations de défense des droits humains avaient milité pour le vote de cette clause. Elles ont salué une grande victoire dans le combat contre l’exploitation sexuelle. Mais elles demandent un renforcement de cette loi avant les Jeux Olympiques de 2012 qui se tiendront à Londres. Les grands événements sportifs sont en effet connus pour augmenter la prostitution, et en particulier la traite de femmes à ces fins. Et c’est déjà le cas aujourd’hui à Londres, deux ans avant le début des Jeux.

Une enquête menée à Londres [1] intervient dans ce contexte de pénalisation du client. Sans doute donnera-t-il de nouveaux outils pour éduquer les prostitueurs ("clients") et faire diminuer la demande...

Le syndicat Unison a soutenu cette campagne [2] pour faire changer la législation britannique en faveur des personnes prostituées. Ce syndicat revendique un million et demi d’adhérent-e-s. Via sa commission Femmes, il a voté le 20 février pour un alignement du Royaume-Uni sur le modèle nordique (suédois en l’occurrence). C’est-à-dire pour une pénalisation du client et une décriminalisation de la personne prostituée, qui doit recevoir l’aide nécessaire pour se libérer de leur situation.

Le modèle suédois (et sa diminution drastique du nombre de maisons de passes et de victimes de la traite sur son territoire) attire de plus en plus de l’autre côté de la Manche. Peut-être en sera-t-il ainsi bientôt en France ?

Le "Policing and Crime Bill" doit être salué comme une première étape. Il n’est cependant pas la panacée. En effet, tout "client" peut toujours plaider l’ignorance de l’exploitation dans laquelle se trouve la personne prostituée : c’est tout achat d’un rapport sexuel qui doit être criminalisé.

P.-S.

Article publié dans Prostitution et Société numéro 166.


© 1996-2017 Prostitution et Société | S'abonnerNuméros antérieursMentions Légales | Aide | Contact

Haut