dernière mise à jour ¬ 30/03/17 | jeudi 30 mars 2017 | je m'abonne | sommaires

Les prostituées suisses bientôt entôlées pour le confort des riverains ?

août 2010, par Elise Guiraud

Pour ménager la sensibilité des Zurichois, la municipalité pourrait suivre le conseil de la police et construire des "sex boxes". Soit des rangées de petits parkings clôturés, où les “clients” prostitueurs peuvent garer leur voiture et consommer rapidement, à l’abri des regards, la marchandise humaine qui les y attend.

La police municipale de Zurich serait, selon les mots de son chef Daniel Leupi, inondée de centaines d’appels provenant des riverains du prospère "quartier rouge" de la ville. Ceux-ci, qui se disent mortellement écoeurés, se plaignent des "prostituées", selon la police.
Des "sex drive-in" aux Pays Bas {JPEG}
Seraient-elles les seules à créer de l’agitation ? Leurs proxénètes seraient-ils tous de paisibles "chefs d’entreprise" qui n’élèvent jamais la voix ? Les "clients" prostitueurs feraient-ils le tour du quartier en trottinette, sobres et respectueux du voisinage ? Il est plus vraisemblable de penser que la police choisit de viser les prostituées par facilité : il suffit de les mettre chacune dans sa boîte, et le tour est joué !

On connait la violence qui est le quotidien des personnes prostituées. Et si les voisins du "quartier rouge" de Zurich téléphonaient continuellement à la police parce que, sait-on jamais, ils voulaient dénoncer, non le seul tapage nocturne, mais les viols, les agressions dont ils sont témoins ? La boîte magique les préservera, dorénavant, de ces spectacles traumatisants, puisque les personnes prostituées seront enfermées à l’abri des regards, avec leur agresseur.

Comme le dit le porte-parole de la police zurichoise : on ne va pas se débarrasser de la prostitution, alors apprenons à la contrôler. Une vieille scie que l’on entend répéter depuis le 19ème siècle. On attend celui qui aura un jour le front de l’énoncer de manière plus explicite : la prostitution nous arrange bien, on n’a pas l’intention de s’en débarrasser, planquons les victimes sous le tapis.


© 1996-2017 Prostitution et Société | S'abonnerNuméros antérieursMentions Légales | Aide | Contact

Haut