dernière mise à jour ¬ 26/09/16 | lundi 26 septembre 2016 | je m'abonne | sommaires

Catherine Blaya, présidente de l’Observatoire international des violences à l’école

juillet 2015, par Juliette Quidet-Marty

Les adolescentEs victimes de cyberviolence ont honte, il faut transmettre le message qu’ils/elles ne sont pas coupables ; c’est du sens commun mais pas si évident que cela !

- Quels sont les indicateurs qui peuvent montrer q’unE adolescentE est victime de cyberviolence ?

L’adolescentE se renferme, peut avoir des difficultés à se rendre dans l’établissement scolaire en invoquant des maux divers et variés : maux de tête, de ventre, etc. On constate également de l’irascibilité,
des changements d’humeur de façon soudaine alors que tout allait bien avant. Les victimes peuvent également
prendre plus de précautions pour s’enfermer dans leur chambre, sursauter quand on s’approche et cacher vivement leur écran de téléphone portable ou d’ordinateur.

- Comment aborder le problème avec unE adolescentE ?

Le plus important est de maintenir le dialogue. Il faut essayer de discuter des activités en ligne, et surtout bien dédramatiser le fait d’être une victime. Les adolescentEs victimes de cyberviolence ont honte, il faut transmettre le message qu’ils/elles ne sont pas coupables ; c’est du sens commun mais pas si évident que cela ! Les adolescentEs
doivent comprendre qu’ils peuvent demander de l’aide pour que la situation n’empire pas. Il faut également responsabiliser les témoins : signaler à un adulte, ne pas laisser faire ce genre de violences.

- Quelles sont les premières mesures de protection à prendre ?

Les adultes doivent faire attention à écouter sans blâmer pour ne pas couper le dialogue et donc les possibilités d’accompagnement et d’intervention. Du côté des adolescentEs, il ne faut surtout pas répondre sur le même ton,
sinon c’est l’escalade. S’il y a un modérateur sur la plateforme, il faut signaler les incidents. Faire des captures
d’écran permet aussi d’accumuler des preuves. Même si on sait que pour les pré-ados, échanger son mot de passe
est un signe d’amitié, il faut le changer régulièrement et ne pas le donner à n’importe qui. Enfin, il ne faut pas
hésiter à porter plainte (plutôt qu’une main courante), surtout s’il y a atteinte à la moralité et à l’intégrité psychologique
de la victime.

P.-S.

Cet article est paru dans le numéro 185 de notre revue, Prostitution et Société. Pour nous soutenir et nous permettre de continuer à paraître, abonnez-vous !


© 1996-2016 Prostitution et Société | S'abonnerNuméros antérieursMentions Légales | Aide | Contact

Haut