dernière mise à jour ¬ 17/05/16 | mardi 17 mai 2016 | je m'abonne | sommaires

Madame Parité commence fort en renvoyant les femmes… au bordel !

Ce texte a reçu le soutien de plusieurs cosignataires.

mars 2010, par Claudine Legardinier

L’éternel sondage sur les maisons closes ranime une nouvelle fois les conversations de bistrot. Voilà que 59% [1] des Français opinent du bonnet pour les rouvrir, dont 70 % d’hommes (pour 49 % de femmes, quel écart !), mus par un élan de nostalgie pour les tentures rouges et les miroirs sans tain. Les Verts, sans doute inspirés par des projets de bordel écologique, s’illustrent avec un pic à 69 % de voix favorables.

Ce ne serait rien s’ils n’étaient encouragés dans leur réflexe antédiluvien par Chantal Brunel [2] (UMP), qui, en tant que rapporteure générale de l’Observatoire de la Parité, ne trouve rien de mieux, pour aider les femmes à s’imposer au Parlement, que de commencer par les orienter vers le bordel le plus proche.

Bordel ? Pardon : maison ouverte. La maison close a du plomb dans l’aile ? Appelons-la maison ouverte.Ouverte vous a tout de suite un petit air de liberté, un côté jeune et engageant.

Quand les hommes ne peuvent changer les choses, ils changent les mots, disait Jaurès. Partagée entre le vocabulaire fleuri et l’euphémisme, la droite la plus conservatrice a égrené des décennies de fantasme patriarcal et hygiéniste, nous vantant tour à tour les cliniques sexuelles (1970, Claude Peyret, député RPR), et autres espaces de liberté (1986, Henri Bouvet, député UDF).

Il restait, en 2010, à tenter les maisons ouvertes, ce que fait Chantal Brunel en proposant que les femmes prostituées se regroupent comme les experts comptables. Elle emboîte ainsi le pas à l’éminent Jacques Médecin (RPR) qui proposait il y a… 40 ans de regrouper toutes ces dames dans un vaste ensemble immobilier (….) où elles pourraient se livrer librement à leur métier en professionnelles organisées. Belle constance à droite.

Beau combat de femmes, qui plus est ! Michèle Barzach, ministre de la santé (1990), Françoise de Panafieu, vice-présidente de l’UMP à l’Assemblée (2002), et maintenant Chantal Brunel… Les hommes n’osent plus appeler à la réouverture des bordels, il se trouve désormais des femmes pour prendre le relais.

Une simple incantation donc, et ces lieux d’exploitation, qui ont toujours fait fructifier leur business sur un savant mélange de paternalisme et d’esclavagisme, vont se muer subitement en havres de bonnes manières.
Plus l’ombre d’un mafieux dans les coulisses, plus de prête-noms pour masquer les relents criminels, plus de violences de tous ordres, mais un paysage pastel, civilisé, le règne enfin réalisé de l’autogestion et de la convivialité. Avantageusement pourvu de sonnettes d’alarme pour appeler au secours, un bordel restant avant tout un bordel. Quel que soit le joli nom qu’on lui donne.

Chantal Brunel, dont on salue par ailleurs le discours critique sur la loi sur le racolage, propose que soit mise à l’étude la création d’endroits où l’achat de services sexuels soit possible dans des conditions de protection médicale, judiciaire, financière et juridique. Elle ajoute : Un patron n’est pas obligatoire. Qu’en termes élégants ces choses là sont dites….

Il faut ne rien connaître à la logique de ces établissements qui brassent des sommes considérables, rien à l’enfermement prostitutionnel qui touche en priorité les personnes les plus vulnérables au plan social, économique, psychologique, culturel, ethnique, pour avancer des idées aussi pétries de naïveté. Qu’en sera-t-il des contrôles médicaux dans les maisons ouvertes ? Les clients prostitueurs seront-ils enfin soumis à ces examens que tous les bordels du monde persistent à n’imposer qu’aux femmes ? On voudrait bien voir ça ! Quant aux protections de tous ordres, promises par tous les bordels du monde, elles ont fait la preuve de leur échec patent ; noyées dans la corruption et son indéfectible alliée, la loi du silence. Les personnes prostituées elles-mêmes le savent mieux que personne, et se méfient pour la plupart de ces lieux comme de la peste.

Gare à elles… Car Chantal Brunel parle de condamner la prostitution à l’extérieur de ces lieux. Enlevant d’une main la répression qui pèse sur elles, elle la rétablit aussitôt en traquant celles qui refuseront les mirifiques conditions qu’elle leur propose.

De la bouche de celle qui préside l’Observatoire de la Parité, on goûtera l’affirmation de choix de société si progressistes ! Les hommes de ce pays peuvent se friser les moustaches. Avec la bénédiction de l’Etat et de ses représentantes zélées, ils seront assurés de trouver, au supermarché, une femme disponible, à toute heure, oublieuse de son propre plaisir, de son propre désir, mais délicieusement soumise à tous leurs caprices, même aux plus humiliants. Il restera, en toute logique, à ces "consommateurs" reconnus, à se syndiquer, comme aux Pays-Bas, pour voir garanti leur droit à une "prestation" de qualité.

Vous avez dit égalité hommes-femmes ? Parité ? Lutte contre les violences ? Régression généralisée, plutôt, dont voilà un signe supplémentaire. Un pas de plus pour réaffirmer le "droit" séculaire, jamais interrogé, que s’arrogent certains hommes d’exercer, en exploitant sexuellement des femmes, le pouvoir de la "virilité".
Un reniement de toutes les luttes contre les violences faites aux femmes dont la prostitution, au nombre des violences dénoncées par la Grande Cause 2010, constitue la scène la plus brutale avec son lot d’insultes, de mépris, d’agressions, de viols et même de meurtres. Des violences perpétrées en grande partie par les "clients", quel que soit le lieu d’exercice de la prostitution, ce que montrent quantité d’enquêtes, mais ce que nul n’a envie de savoir.

Le même serpent de mer depuis 1946, date de la fermeture des bordels en France ! N’est-il pas temps d’en finir avec un ordre ancien - l’homme qui mate, qui jauge, qui choisit, la femme qui s’exécute - et de construire une politique qui mette tout en œuvre pour faire reculer la plus réactionnaire institution du monde ?

Il faut mettre un terme à leur exploitation dit Chantal Brunel en parlant des prostituées. Nous sommes d’accord ! Et attendons donc de pied ferme le projet qui va sortir du groupe de travail mis en place au Ministère de l’Intérieur ce 25 mars.

Pour nous, n’est envisageable qu’une politique ambitieuse de lutte contre le sexisme, contre les violences et pour l’égalité, qui cesse de réprimer les personnes prostituées, lutte réellement contre toutes les formes de proxénétisme, et responsabilise, sur le modèle suédois, les clients prostitueurs en posant un principe fort : on n’achète pas le corps d’autrui. La prostitution est une survivance archaïque, elle est contraire aux plus élémentaires droits humains et indigne d’une démocratie.

Co-signataires

Sylviane Agacinski, philosophe ;
Claudine Blasco, altermondialiste ;
Marie-France Casalis, militante féministe ;
Bernice Dubois, Coordination française du Lobby Européen des Femmes ;
Claude Groussin, Mouvement Jeunes Femmes ;
Sylvie Jan, consultante en égalité femmes/hommes et citoyenneté ;
Patric Jean, cinéaste ;
Michèle Loup, présidente d’Elu-e-s contre les violences faites aux femmes ;
Malka Marcovich, historienne, directrice pour l’Europe de la Coalition Against Trafficking in Women ;
Michela Marzano, philosophe ;
Arlette Moch-David, psychanalyste ;
Viviane Monnier, militante féministe, directrice de Halte aide aux femmes battues ;
Jacqueline Pénit-Soria, altermondialiste ;
Emmanuelle Piet, médecin ;
Justine Rocherieux, militante féministe ;
Ernestine Ronai, militante féministe contre les violences ;
Coline Serreau, cinéaste ;
Grégoire Théry, secrétaire général du Mouvement du Nid ;
Michèle Vianès, présidente de Regards de Femmes ;
Henriette Zoughebi, conseillère régionale d’Ile-de-France.

Notes

[1Sondage CSA-Le Parisien, 16 et 17 mars 2010.

[2Le Parisien, 18 mars, Les prostituées seraient à l’abri des agressions de la rue.


© 1996-2016 Prostitution et Société | S'abonnerNuméros antérieursMentions Légales | Aide | Contact

Haut