dernière mise à jour ¬ 27/05/20 | mercredi 27 mai 2020 | je m'abonne | sommaires

Sur le terrain

Bouches-du-Rhône : aider, rassurer, accompagner

avril 2020, par Sandrine Goldschmidt

Pendant la durée du confinement, nous créons cette rubrique "COVID19 sur le terrain". Deux à trois fois par semaine, nous vous racontons comment les membres du Mouvement du Nid, éditeur de ce site, continuent à maintenir le lien et à apporter de l’aide aux personnes en situation de prostitution. Aujourd’hui, la délégation des Bouches-du-Rhône

"Nous ne sommes pas des magicien·nes. Mais nous avons à cœur d’accompagner, de rediriger et de rassurer pour éviter que les personnes se laissent démoraliser.  »

Cinq bénévoles de la délégation poursuivent les suivis par téléphone et se chargent de faire des courses pour des personnes accompagnées. Certaines personnes se trouvent dans des situations très difficiles qui demandent des réponses urgentes. Pour l’une d’entre elles, la délégation a lancé des démarches auprès de la Caisse d’allocations familiales (CAF) mais du fait d’une situation qui engage deux départements, les délais sont trop longs.

La plupart ont cessé la prostitution depuis le début du confinement. Mais certaines personnes cherchent des solutions de fortune sur les réseaux sociaux. Une personne trans suivie par la délégation a conservé des relations avec des "habitués" qui payent pour des rendez-vous par webcam : « Les « clients » appellent à toute heure du jour et de la nuit, les hommes mariés par exemple, mais également des couples. Comme ils payent beaucoup moins que pour un acte de prostitution réel, elle est obligée d’en faire beaucoup et est complètement déphasée », explique Floriane.

Mais il y a aussi les bonnes nouvelles. Une autre, âgée de 22 ans, toxicomane avec deux enfants, a heureusement pu être prise en charge pour une interruption volontaire de grossesse (IVG). Et un homme qui avait pu obtenir des papiers travaille aujourd’hui comme agent des services hospitaliers dans un EHPAD ; il assure qu’il peut désormais payer le logement que lui a trouvé l’Amicale du Nid et refuse toute aide, sauf l’écoute téléphonique, en remerciant l’Etat français de l’avoir accueilli.


© 1996-2020 Prostitution et Société | S'abonnerNuméros antérieursMentions Légales | Aide | Contact