dernière mise à jour ¬ 20/10/17 | vendredi 20 octobre 2017 | je m'abonne | sommaires

Vite fait, bien fait

Citations en miroir

janvier 2015, par Christine Laouénan

La prostitution constitue et a toujours constitué un thème privilégié de la littérature.
Aussi, nous a-t-il paru important de mettre en lumière la façon dont elle est dépeinte par les romanciers.
Dans cette nouvelle rubrique, les citations littéraires sont mises en parallèle avec les témoignages actuels des personnes prostituées, comme des clients.
Une mise en perspective riche d’enseignements…

10 francs pour me vider.


Lettre adressée par Marcel Proust à son grand-père, Bibliothèque Jacques Guérin - Livres et manuscrits importants [1], 18 mai 1888.


Mon cher petit grand-père,

Je viens réclamer de ta gentillesse la somme de 13 francs que je voulais demander à Monsieur Nathan, mais que maman préfère que je te demande.

Voici pourquoi. J’avais si besoin de voir une femme pour cesser mes mauvaises habitudes de masturbation que papa m’a donné 10 francs pour aller au bordel. Mais

  1. dans mon émotion j’ai cassé un vase de nuit, 3 francs ;
  2. dans cette même émotion je n’ai pas pu baiser.

Me voilà donc comme devant attendant à chaque heure davantage 10 francs pour me vider et en plus ces 3 francs de vase.

Mais je n’ose pas redemander sitôt de l’argent à papa et j’ai espéré que tu voudrais bien venir à mon secours dans cette circonstance qui tu le sais est non seulement exceptionnelle mais encore unique : il n’arrive pas deux fois dans la vie d’être trop troublé pour pouvoir baiser...

Le jeune Marcel est alors âgé de 17 ans.

Vite fait, bien fait

Témoignage d’Arnaud, "client", Prostitution et société n°150 p33.

C’est vite fait, bien fait sur le gaz (…). Elle est différente à chaque fois.

Témoignage de Pierre, "client", Prostitution et société n°87 p22.

Faire l’amour comme ça, quand ça vous prend, sans attendre, sans devoir faire la cour, ne se préoccuper que de son propre plaisir… quel repos !

Témoignage de Paule, Prostitution et société n°87 p22.

Souvent, je mettais des films pornos pour que ça aille plus vite. Je créais une ambiance sonore, genre bar. Mais c’était surtout pour ne pas les voir, pour ne pas voir leur regard.

Notes

[1Réference complète : Lettre autographe, 18 mai 1888, n°60 du catalogue, 2 pages 1/4 in-12.


© 1996-2017 Prostitution et Société | S'abonnerNuméros antérieursMentions Légales | Aide | Contact

Haut