dernière mise à jour ¬ 13/09/19 | vendredi 13 septembre 2019 | je m'abonne | sommaires

L’amour

septembre 2019, par Christine Laouénan

La prostitution constitue et a toujours constitué un thème privilégié de la littérature.
Aussi, nous a-t-il paru important de mettre en lumière la façon dont elle est dépeinte par les romanciers.
Dans cette rubrique, les citations littéraires sont mises en parallèle avec les témoignages actuels des personnes prostituées, comme des "clients".
Une mise en perspective riche d’enseignements…

« Il l’aimait, il l’aimait sans bornes, enfin était arrivée cette minute... »

Comment cela s’était-il fait, il n’en savait rien lui-même, mais soudain quelque chose sembla le soulever et le jeter à ses pieds. Il pleurait, il lui embrassait les genoux. Au premier instant, elle eut une peur terrible et tout son visage se glaça. Elle bondit et toute tremblante le regarda. Mais au même instant, tout de suite, elle comprit tout. Un bonheur infini brilla dans ses yeux ; elle avait compris, il ne pouvait plus y avoir de doute pour elle : il l’aimait, il l’aimait sans bornes, enfin était arrivée cette minute...

Crime et châtiment, Dostoievski, Flammarion, 1984, p 188.

Raskolnikov , un ancien étudiant, déclare son amour à Sonia, une jeune fille qui est prostituée pour subvenir aux besoins de sa famille. Lorsqu’elle apprend le double crime qu’il a commis contre une usurière et sa sœur, elle le pousse à se livrer à la police. Le jeune homme sera déporté en Sibérie.

C’est la violence qui domine les rapports dans la prostitution. Il n’est nullement question de sexualité ou d’amour pour les personnes, mais plutôt de dégoût vis-à-vis des passes et des clients.
Aussi, lorsqu’elles rencontrent l’amour, un sentiment auquel elles ne croyaient pas ou plus, c’est un champ de découvertes inédites qui s’ouvre à elles.

Témoignage d’Ariane, Prostitution et Société n° 185

J’ai eu longtemps du mal à faire confiance aux gens. Je ne pourrais pas supporter l’idée d’être avec un compagnon qui va voir des prostituées. Ce n’est qu’à 30 ans que j’ai pu faire confiance à un homme. C’est une belle rencontre. Il m’apprend à m’aimer. Moi qui ai couché avec des centaines d’hommes, je ne savais pas faire l’amour. Il m’a aussi appris qu’on pouvait dire non. Je ne savais pas que c’était possible ; les clients, eux, ont payé et ils ont tous les droits.

Témoignage de Laurence, Prostitution et Société n° 115

Quand j’ai quitté la prostitution, je ne pouvais plus supporter qu’on me touche. Je n’avais connu que l’agressivité, la violence. J’étais totalement frigide. Aujourd’hui, je sors avec un homme qui m’a tout réappris.

Ce qu’en dit un ancien proxénète [1], Prostitution et Société n°88

Par son amour [ndlr : son épouse] elle m’a transformé en homme responsable, pendant 10 années de patience et d’amour... Au début (...) je refusais cette situation, mais chaque fois que je la regardais, j’étais ébloui par son regard et je ne comprenais pas qu’elle ait tant d’amour en elle, gratuit, sans calcul.


Citations en miroir

Voici les autres articles déjà parus dans cette rubrique :

Notes

[1Il n’est pas rare que des proxénètes repentis confient eux aussi avoir été avant dans l’incapacité de connaître amour et sexualité, de leur place d’agresseur dans le système de violences prostitutionnelles.


© 1996-2019 Prostitution et Société | S'abonnerNuméros antérieursMentions Légales | Aide | Contact