dernière mise à jour ¬ 19/04/18 | jeudi 19 avril 2018 | je m'abonne | sommaires

"Honte publique"

janvier 2018, par Christine Laouénan

La prostitution constitue et a toujours constitué un thème privilégié de la littérature.

Aussi, nous a-t-il paru important de mettre en lumière la façon dont elle est dépeinte par les romanciers.
Dans cette rubrique, les citations littéraires sont mises en parallèle avec les témoignages actuels des personnes prostituées, comme des clients.
Une mise en perspective riche d’enseignements…

 Les mots de « prostituée  », de « honte publique  » furent chuchotés »

Boule de Suif, Guy de Maupassant,
In Les prostituées, onze nouvelles de Guy de Maupassant, folio classique 2015, p 106 et 107

Dans la voiture, on se regardait curieusement… Par un hasard étrange, toutes les femmes se trouvaient sur le même banc…En face des deux religieuses, un homme et une femme attiraient les regards de tous. L’homme, bien connu, était Cornudet le démoc, la terreur des gens respectables.
La femme, une de celles appelées galantes, était célèbre par son embonpoint précoce qui lui avait valu le surnom de Boule de Suif.… Aussitôt qu’elle fut reconnue, des chuchotements coururent parmi les femmes honnêtes, et les mots de « prostituée  », de « honte publique  » furent chuchotés si haut qu’elle leva la tête.

Nous sommes en 1870. L’armée prussienne a vaincu à Sédan l’armée française, commandée par l’empereur Napoléon III. Dans cette diligence, les bourgeois qui pointent du doigt avec mépris Boule de Suif sont en réalité des fuyards qui veulent échapper à l’avancée de l’armée allemande à Rouen. Prostituée au grand cœur, Boule de Suif se donnera à un officier prussien pour sauver les autres voyageurs qui pourtant la méprisent.
Dans cette nouvelle qui connut un grand succès, Maupassant dénonce la lâcheté et l’hypocrisie des nantis.

 Cette honte, cet immense mépris pour les prostituées.

Dans les milieux artistiques où je naviguais, je pouvais dire que j’étais libre sexuellement, mais que je me prostituais, impossible. Je crois que les gens sentent que c’est malsain, qu’il y a quelque chose… J’ai vécu cette honte, cet immense mépris pour les prostituées. 


Sonia, Prostitution et société n° 180

 Honte d’avoir été prostituée

J’ai passé quatre années à l’écrire (ndlr  : son récit de vie), quatre années à regarder en face quelque chose qui m’a empêchée de respirer jusqu’à l’âge de 45 ans, alors que j’avais donné du sens à ma vie et que j’avais réalisé ce à quoi j’aspirais : la honte. Honte d’être née, honte de n’avoir pas été aimée, d’avoir été rejetée, honte d’avoir été victime d’inceste, honte d’avoir été prostituée, honte d’avoir été alcoolique. 


Témoignage de Laurence, à l’occasion de la sortie de son ouvrage « Renaître de ses hontes  », ( Le Passeur, 2013)  ; Prostitution et société, septembre 2013

J’avais terriblement honte de ce qui m’arrivait  : avoir un mari qui fréquente une prostituée, ce n’est pas glorieux


Témoignage de Clémence, épouse d’un client, n°190, octobre 2016


© 1996-2018 Prostitution et Société | S'abonnerNuméros antérieursMentions Légales | Aide | Contact

Haut