dernière mise à jour ¬ 22/05/17 | lundi 22 mai 2017 | je m'abonne | sommaires

Testeur de bordels : l’Allemagne crée des emplois !

mai 2015, par Claudine Legardinier

Avoir une garantie de qualité au bordel comme à l’hôtel, c’est l’idée d’un réseau social allemand, Kauf mich (achète-moi), qui met en contact prostituées, tenanciers et clients. Il a donc publié une annonce [1] en mars 2015 dans le but de recruter un homme ou une femme (une femme, vraiment ?) qui aura pour tâche de tester les bordels de Berlin et au-delà. Il s’agira de vérifier la qualité du service, les normes d’hygiène et évidemment l’emploi rigoureux (dont tout le monde sait qu’il n’est pas respecté) du fameux préservatif.

L’annonce fait état des qualités requises : avoir une expérience pratique des bordels et des escortes (en tant que "client", on suppose, ce qui élimine d’office l’hypocrite ouverture aux candidatures féminines), ne pas avoir peur du contact humain, être créatif et ouvert sur la nouveauté ; mais aussi détenir un diplôme universitaire et parler plusieurs langues dont le français. Pourquoi le français ? L’annonce ne précise pas. Le métier est exigeant : noter les performances des travailleuses du sexe, participer éventuellement à des gang bangs. Bref donner de sa personne, et à temps plein. Le montant du salaire n’est pas indiqué.

Selon différentes sources, les candidatures sont arrivées d’Allemagne, mais aussi des Pays-Bas, du Royaume Uni, de Belgique… Il semble toutefois que la perle rare n’ait toujours pas été trouvée. Et pour cause. Ce coup de pub pour les bordels n’est qu’une supercherie pour les naïfs qui se voyaient déjà embauchés pour le plus beau métier du monde

Notes

[1Signalée par le webzine Quoi de news.


© 1996-2017 Prostitution et Société | S'abonnerNuméros antérieursMentions Légales | Aide | Contact

Haut