dernière mise à jour ¬ 30/03/17 | jeudi 30 mars 2017 | je m'abonne | sommaires

Marcella chez les Bisounours

mars 2016, par Un généreux donateur

Tout d’abord on n’y croit pas. On pense à une vanne du premier avril. Puis en persévérant (si si il faut du courage) on lit tout le texte et là on s’aperçoit que ce n’est même pas du second degré. De quoi s’agit-il ? Du billet de Marcella Iacub dans Libération du 25 mars 2016, intitulé A vot’ bon cul, m’sieurs dames.

En gros, s’il y a de la prostitution, si les clients doivent payer c’est que notre monde n’est pas généreux et qu’il faudrait créer des bordels du cœur pour que les mal nantis puissent avoir des relations sexuelles gratuites. Et Marcella Iacub d’en appeler à la générosité sexuelle. A 99% les clients étant des hommes, sous-entendu mesdames, un peu de bon cœur et sacrifiez vous pour la cause. L’article ne dit pas si l’auteure est prête aussi à ce sacrifice. On peut en douter.

Le hic avec ce genre de théorie fumeuse c’est qu’elles reposent sur le même malentendu depuis des lustres : dans la prostitution, ce qui compte ce n’est pas les rapports humains mais l’argent et uniquement l’argent. Demandez son avis au proxénète du coin… Si les femmes acceptent l’inacceptable c’est pour être payées parce qu’elles y ont été contraintes d’une façon ou d’une autre et sûrement pas pour leur plaisir ou pour donner du plaisir.

On remerciera quand même Marcella Yacub de sa généreuse initiative et on lui souhaite bien du plaisir pour défendre sa thèse dans ce monde merveilleux des Bisounours où les proxos seraient des anges désintéressés, et les victimes de la prostitution ne seraient pas ces femmes qui n’ont plus qu’une envie : ne plus voir de clients du tout.

Allons, mesdames en général, un peu de générosité que diable et livrez vous enfin aux mal aimés de la société qui ne peuvent avoir des rapports qu’en payant. Un tel appel ne peut rester sans réponse !

Un généreux donateur


© 1996-2017 Prostitution et Société | S'abonnerNuméros antérieursMentions Légales | Aide | Contact

Haut