dernière mise à jour ¬ 23/10/19 | mercredi 23 octobre 2019 | je m'abonne | sommaires

L’Allemagne est-elle prête à ne plus être "le bordel de l’Europe" ?

septembre 2019, par Sandrine Goldschmidt

Alors que le bilan humain catastrophique de la légalisation en Allemagne est chaque jour plus évident, et que l’échec total des mesures de la loi est patent -77 personnes s’étant fait recenser comme travailleuses du sexe en 17 ans !- des parlementaires CDU tendent la main à leurs homologues du SPD pour faire basculer l’Allemagne vers le modèle nordique.

En effet, dans une déclaration intitulée « réellement combattre la traite, pénaliser la prostitution pour les acheteurs », deux parlementaires CDU-CSU (droite, parti d’Angela Merkel, la chancelière), ont affirmé vouloir se rapprocher de plusieurs de leurs collègues SPD (Parti social démocrate, qui fait partie de la coalition au pouvoir) qui s’étaient prononcés en faveur du modèle nordique , afin de proposer son application en Allemagne.

Dans cette déclaration, Thorsten Frei affirme : « la réalité, c’est que la prostitution veut dire pour de très nombreuses femmes être attirées sous de faux prétextes, exploitées et violentées pendant des années de manière extrêmement grave . C’est pourquoi nous voulons nous investir pour faire adopter le modèle nordique en Allemagne aussi. Car dans ce modèle, les acheteurs sont pénalisables, mais pas les personnes prostituées ».

Elisabeth Winkelmeier-Becker explique quant à elle : « la prostitution de sa propre volonté est l’exception. Dans de nombreux cas, les personnes prostituées sont exploitées sexuellement de façon inimaginable. Nous sommes également affectés, en tant que société parce que pour les hommes, l’image des femmes est dominée par le commerce du sexe. Il est donc nécessaire que nous opérions un changement de paradigme. L’Allemagne ne peut pas être le bordel de l’Europe ».

Le travail des associations, notamment internationales, et les témoignages des survivantes – Sandra Norak, par exemple, a été vue par des millions de télespectateurs dans une émission de télévision phare-, portent leurs fruits.
Il est par ailleurs évident que c’est le bilan humain catastrophique de la légalisation de la prostitution en Allemagne, que tout le monde – et les trafiquants en premier- considère comme le "bordel de l’Europe", qui pousse vers ce basculement.

En effet, après 17 ans de légalisation, la traite des êtres humains a explosé. En outre, quasiment aucune personne prostituée n’a intégré les dispositifs prévus par la loi (aujourd’hui, seules 77 personnes se sont déclarées dans cette activité légalement reconnue)...alors qu’on estime à entre 200 et 400 000 le nombre de personnes prostituées en Allemagne. Les seuls à avoir bénéficié de ces lois, sont les trafiquants, les proxénètes légaux, et les « clients », encouragés à consommer des femmes à répétition.

On ne peut qu’espérer que les parlementaires SPD prendront la main qui leur est ici tendue, pour faire revenir l’Allemagne à ses obligations internationales. Car, comme le dit le déclaration de Mayence adoptée en avril par une large coalition abolitionniste internationale, « nous sommes déterminé·es à agir, y compris par des actions légales nationales et internationales, pour que l’Allemagne commence enfin à respecter ses obligations internationales en matière de droits humains d’ici la fin de l’année 2019 ».

P.-S.

Notre photo : "ton plaisir, c’est mon voyage d’horreur" ! , campagne d’une association abolitionniste allemande www.rothlichhaus.de


© 1996-2019 Prostitution et Société | S'abonnerNuméros antérieursMentions Légales | Aide | Contact