dernière mise à jour ¬ 30/03/17 | jeudi 30 mars 2017 | je m'abonne | sommaires

Allemagne : la loi Prost G a du plomb dans l’aile

avril 2014, par Claudine Legardinier

Douze ans après son entrée en vigueur, la loi Prost G sur la prostitution ne cache plus son piètre bilan au point que le nouveau gouvernement de coalition SPD/CDU est décidé à la réexaminer. Il semble toutefois qu’il ne penche pas pour un renversement de ses options mais bien pour un durcissement des contrôles et de la répression…

Entrée en vigueur en 2002 après avoir été votée dans l’enthousiasme par les sociaux démocrates et les Verts, la loi qui prétendait endiguer la criminalité et améliorer le statut juridique et social des personnes prostituées présente un bilan qu’il n’est plus possible de cacher. 44 personnes prostituées (dont 40 femmes) se seraient officiellement déclarées comme travailleuses du sexe afin d’obtenir les droits promis à la sécurité sociale et à l’assurance vieillesse. Dans un pays qui en compterait 400.000 (et même si on peut penser que ce chiffre est surestimé), on voit que la loi a pour le moins manqué sa cible d’autant que tous les rapports montrent que leurs conditions de vie se sont détériorées. Beaucoup n’auraient même pas de logement.

En revanche, les supermarchés du sexe ont fleuri dans tout le pays et les règles du marché libéral se sont répandues sans complexe dans un milieu où les femmes sont désormais proposées en soldes ou forfaits tout compris. Grâce au coup de pouce donné aux proxénètes, que la loi a élevés au rang d’hommes d’affaires, le pays est surtout devenu « le plus grand bordel d’Europe » et une destination montante du « tourisme sexuel ». Enfin, si les procès pour traite des êtres humains sont en chute libre (811 en 2002, 432 en 2011 selon Libération), personne ne songe à en déduire qu’elle est en recul. La raison en serait davantage la réduction comme peau de chagrin des contrôles de la police, devenus beaucoup plus difficiles : au nom de quoi contrôlerait-on, en effet, un « commerce comme un autre » ?

Alice Schwarzer, rédactrice en chef du magazine féministe Emma, a lancé en novembre 2013 une pétition pour la révision de la loi et le choix d’une politique pénalisant les « clients ». Parmi les signataires, des policiers engagés dans la lutte contre la traite... Alice Schwarzer a jeté un autre pavé dans la mare avec son livre intitulé Prostitution, un scandale allemand. Le débat est en route Outre-Rhin. Reste à savoir ce que la coalition gouvernementale va sortir de son chapeau.

P.-S.

Nos amies d’Emma nous avait offert un reportage effectué à l’intérieur du "Pascha", à Cologne, auto-proclamé plus grand bordel d’Europe. Nous l’avions publié en intégralité et en français dans notre numéro 178. A ne pas rater et à partager ! Téléchargez-le librement sur cette page.


© 1996-2017 Prostitution et Société | S'abonnerNuméros antérieursMentions Légales | Aide | Contact

Haut